La Cie au Théâtre de l'Opprimé

Publié le par algerterminal2

aff def rachid2 Nous nous installons au Théâtre de l'Opprimé pour quinze jours...

Et vous, y étiez-vous?

Commenter cet article

fanny 11/12/2010 00:00


Lundi soir, je découvre Rachid seul sur scène dans "Ma mère l'Algérie".
Achète "Baba La France" pour le lire mardi.
Le retrouve au Théâtre de l'Opprimé mercredi.
Presque essouflée, comme à la fin d'Alger Terminal 2.
J'ai suivi le mouvement de son corps au service de toutes ces générations qui ont fouillé, foulé cette même terre.
J'ai aimé ses mains jouant avec les flocons de neige, sa course aux pieds nus. J'ai aimé retrouver les figuiers, les racines.
J'ai aimé être surprise par l'étrange et douce voix de Margarida ; merci à ce personnage par qui arrive le féminin et le mystique.
J'ai gardé une émotion forte de cette composition bien équilibrée entre corps, parole, musique, images, lumière. Merci pour cette belle orchestration.
Besoin d'intégrer maintenant. Et de le revoir - bientôt j'espère.
Fanny.


Charlotte 25/11/2010 11:36


Un théâtre dans le corps, un corps avec ses maux, ceux de l'histoire d'une vie forcément broyée mêlée à l'Histoire, une mise en scène terriblement efficace avec des sacs enfermant des souvenirs,
une terre dans du plastique, des images projetées qui ne sont jamais en trop, la partition musicale, obsédante, sensible comme cette voix de femme rejoignant ce corps d'homme pétri de désespoir et
d'amour. Merci pour tant d'intelligence.


Alain 22/11/2010 11:58


Le séducteur conteur, de surcroit comique des rues Sétoises atterrît en
douceur dans la froideur des bords de Seine.

Et boom ! Voilà le dénommé Rachid, désigné Akbal exécuter sa drôle de
tragédie audio-visualo-dramatique.

Et cet ange brun ? L'ange a le mérite de na pas être disputé entre les dieux
et donc dispensé de tout bordereau administratif.

Rachid le bâtisseur a dressé la pierre de l'édifice Kabyle, une bâtisse
bafouée, tyrannisée depuis des lustres par deux barbares voisins
méditerranéen.

Courage ami. Salut et fraternité. Alain Muriot.


Olivier 22/11/2010 11:57


Un spectacle plein de véritéS... Grâce à votre specatcle j'ai appris des choses et j'ai pris conscience de la complexité de la situation en Algérie.
Olivier