La Trilogie Algérienne


Ma Mère l'Algérie de Rachid Akbal

Avec Rachid Akbal et Ali Mergache (percussions)
Spectacle tout public à partir de 8 ans - Durée : 1h20

Ma Mère l’Algérie comme un cri de délivrance, comme un cri d’amour pour ma mère terre, pour son ventre fécond que je cherche sur les chemins en déséquilibre, chargé par un héritage encombrant. J’ai longtemps imaginé mon pays à travers les larmes de ma mère. Bercé par son chant d’amour pour une terre de misère, j’ai grandi avec la certitude que j’irai y chercher mon dû de racine.                
Rachid Akbal

La base de ce spectacle repose sur une histoire traditionnelle. Elle se tisse avec légèreté pour dire les terreurs et les trahisons de l’amour et de l’abandon. Il y a des odeurs et des petits gestes, et Rachid Akbal qui convoque les âmes et les bêtes, saute, danse, rumine, éclate de rire. Il est tantôt mère, tantôt vieille édentée, tantôt nouveau-né accroché à un vaste sein laiteux et grand comme le jour, tantôt éructant à l’adresse des guerriers, toujours et encore guerriers, pauvres hommes !

Eric Premel – extrait de la présentation du spectacle pour le Festival Paroles d'Hiver 2005

Baba la France de Caroline Girard et Rachid Akbal

Mise en scène et jeu : Rachid Akbal
Collaboration artistique à la mise en scène : Caroline Girard
Mise en mouvement : Alfred Alerte
Musique : Ali Mergache
Lumières : Hervé Bontemps

Durée : 1h05 - Spectacle tout public à partir de 10 ans

Un homme part à la recherche de l’endroit idéal où il pourra enfin enterrer le souvenir de son père disparu sur une route de France pendant la guerre d’Algérie. Il retrace le parcours de Baba la France, Algérien indigène qui en 1948 rejoint la métropole en quête d’une vie meilleure. Il fait ressurgir sur fond d’évènements historiques, mêlés à des récits tendres, violents, drôles et oniriques, les multiples visages d’un homme libre devenu héros malgré lui. Une parole dénudée d'artifice pour mieux se glisser dans les interstices de l'Histoire, et se confronter à la difficulté de parler, encore aujourd'hui, de la guerre d'Algérie.

La presse en parle...
Un spectacle qui raconte le voyage vers la France, horizon du bonheur tant espéré, les souvenirs perdus de la terre d'Algérie, les odeurs, les sensations… et fait jaillir des images gorgées de couleur et d'émotion. On respire le soleil d'Algérie, on tousse la fumée des usines dans la grisaille de la banlieue parisienne, on trinque avec Baba au comptoir de ses rêves, on partage ses joies et ses déceptions au creux d'une vie faite de déracinement, d'errance, de perte…

Sylvie Chalaye – Africultures – juillet 2009

Co-production : Centre Culturel Max Juclier à Villeneuve-la-Garenne (résidence de création à l'Espace 89).
Avec le soutien de la MJC-Théâtre de Colombes, la Maison du Développement Culturel de Gennevilliers et l'Avant-Seine/Théâtre de Colombes.